Comment et pourquoi devenir entrepreneur ?

Comment et pourquoi devenir entrepreneur ?

Devenir entrepreneur : le rêve d’un tiers des Français !

La crise sanitaire n’aura pas eu raison de nos ambitions. Selon une étude réalisée par Harris Interactive en juin 2020, 45% des Français envisagent l’entrepreneuriat. Pourquoi un tel succès ? L’envie de liberté et d’autonomie pour certains. L’envie d’exercer une activité qui a du sens pour d’autres. Aujourd’hui, entreprendre est facile mais pas sans risques. Faut-il se lancer seul ? Vaut-il mieux créer ou reprendre une entreprise ? Ou bien ouvrir une franchise et devenir franchisé ? Nous revenons en détails sur cette aventure professionnelle afin d’accompagner au mieux tous ceux qui souhaitent devenir entrepreneur.

Déposez  dès maintenant

votre candidature

Candidature

Qu’est-ce qu’un entrepreneur ?

Commençons par le début. Qu’est-ce qu’un entrepreneur ? Entreprendre, qu’est-ce que ça signifie réellement ? Faisons un point sur la définition de l’entrepreneuriat. Il s’agit avant tout de créer de la richesse et de l’emploi grâce à la création ou à la reprise d’une entreprise. L’entrepreneur réalise un projet concret et le transforme en activité lucrative. C’est à lui de porter son entreprise et d’en assurer la réussite. A la tête de son business, l’entrepreneur met en place plusieurs leviers stratégiques pour booster son chiffre d’affaires.

Oui, mais l’entrepreneuriat, c’est aussi un état d’esprit. Entreprendre, c’est créer, s’engager, innover et oser. C’est avoir un esprit créatif, curieux et aventurier. C’est être autonome et avoir le goût du risque. Ainsi, la notion de « self-made » séduit de plus en plus les Français, notamment les jeunes de 15 – 35 ans. Car devenir entrepreneur, c’est aussi une façon de dire adieu au salariat et de s’affranchir d’une organisation hiérarchico-fonctionnelle. Après tout, l’entrepreneur est un indépendant !

Entrepreneur VS salarié

Entre salarié et entrepreneur, qui a le plus d’avantages ? Tout dépend en réalité de ce que vous attendez de votre carrière. Du confort ? Du challenge ? De la liberté ? Si le salariat offre plus de sécurité, l’entrepreneuriat laisse plus de place à l’épanouissement personnel et à la concrétisation des idées.

Faisons le point sur les principales différences entre entrepreneuriat et salariat.

  Indépendance juridique Rémunération Congés payés Couverture sociale Durée du travail Formalités administratives Responsabilité
Salarié Lien de subordination avec son employeur Salaire net, jamais inférieur au SMIC Payés par l’employeur Régime général des Salariés : couverture Maladie, retraite obligatoire, affiliation à Pôle Emploi Soumis à une durée légale hebdomadaire de 35h Signe un contrat avec l’employeur, qui est chargé de gérer les formalités d’embauche Responsabilité de l’employeur, même en cas de faute du salarié
Entrepreneur Travailleur indépendant, chef d’entreprise Dépend de ses résultats Liberté de prendre des vacances quand il le souhaite mais ne fait pas d’entrée d’argent durant cette période Régime général des Indépendants : couverture Maladie, droits à la retraite selon le chiffre d’affaires, pas de cotisation et de protection chômage Aucune limitation horaire, libre de s’organiser comme il le souhaite Inscrit au registre national des entreprises (RNE), au répertoire des métiers ou au registre du commerce et des métiers.

Doit obtenir un numéro SIREN.

Responsable juridiquement de ses actes

Entrepreneur : quel profil ?

Devenir entrepreneur, est-ce pour tout le monde ? Y-a-t-il un profil type de l’entrepreneur ? Chez Cuisines AvivA, nous n’aimons pas les cases et les étiquettes. Pourtant, il existe bel et bien des traits de caractère communs à tous ceux qui ont su réussir en entrepreneuriat. Des caractéristiques qui, dans la culture populaire, sont souvent représentées par les grandes figures du « mythe du garage », comme Steve Jobs ou encore Bill Gates.

Vous ne connaissez pas le mythe du garage ? La prétendue odyssée des plus grands entrepreneurs ? La légende veut que les licornes, ces startups valorisées à plus d’un milliard de dollars, ont vu le jour dans un garage – ou dans une chambre d’étudiants. L’idée derrière ce mythe ? Il suffit d’un esprit créatif et d’une idée innovante pour créer une entreprise à succès.

Si le mythe du garage a été contesté de nombreuses fois, c’est que la réalité est un peu moins édulcorée. Une bonne idée ne mène pas toujours au succès. Un esprit créatif, mal accompagné et mal entouré, ne garantit pas la réussite immédiate.

Alors, êtes-vous fait pour devenir entrepreneur ? Avez-vous les épaules assez solides pour essuyer les échecs ? Et le nez assez fin pour dénicher les bonnes opportunités ? Faisons le test !

profil-aviva

Je veux une certaine sécurité financière

Vous dormez sur vos deux oreilles uniquement quand votre compte en banque est plein. La sécurité financière, pour vous, est un moyen de sécuriser l’avenir de votre famille. Vous ne pouvez pas vous permettre des fins de mois difficiles et des entrées d’argent variables et incertaines. Le salariat, vous l’aimez pour ça : un salaire fixe qui vous permet de gérer vos dépenses. Seriez-vous prêt à renoncer à cette sécurité financière pour entreprendre ? Vous en doutez.

Les revenus de l’entrepreneur dépendent de ses résultats. Les débuts sont donc souvent compliqués. Il faut tout d’abord se faire connaître et démarcher les clients, une activité chronophage et parfois décourageante. Pourtant, tous les entrepreneurs doivent un jour passer par là. Tous ? Pas exactement. Entreprendre en franchise vous permet de vous lancer à moindre risque.

Pourquoi devenir franchisé ? En exploitant un concept qui a déjà fait ses preuves, sous le couvert d’une marque renommée, vous pouvez exercer votre cœur de métier dès l’ouverture de votre point de vente. Votre chiffre d’affaires ne dépend que de vous, certes, mais le franchiseur vous donne toutes les cartes en main pour performer rapidement.

Je n’aime pas répondre aux ordres

N+1, N+2… Vous ne supportez plus le lien de subordination entre vous et vos supérieurs. Vous avez l’impression que vos idées ne sont pas écoutées. Pointer tous les matins et tous les soirs, vous n’en voyez plus l’intérêt. Votre CDI vous lie les mains. Bref, vous ne vous épanouissez plus au travail. Vous avez des envies de liberté, d’autonomie et d’indépendance.

L’entrepreneuriat, c’est travailler en roue libre. Chef d’entreprise, vous êtes votre propre patron. Vous ne répondez plus aux ordres d’un supérieur mais à vos sens des responsabilités. Et ça, ça vous donne envie de vous réveiller tôt le matin ! Pour gérer votre entreprise d’une main de maître, vous êtes de nature autonome ; vous savez avancer seul et prendre des initiatives.

Répondre aux ordres, vous n’aimez pas. En donner, c’est une autre histoire ! En développant votre entreprise, vous serez amené à recruter une équipe. Bon manager, vous savez guider et motiver vos salariés et donner des directives pertinentes. Après tout, c’est qui le boss ?

Déposez  dès maintenant

votre candidature

Candidature

J’aime entretenir mon réseau

Vous êtes autonome, certes, mais pas solitaire. Un empire ne se construit jamais seul et vous le savez. Grâce à votre aisance relationnelle, vous êtes un pro du réseautage. LinkedIn n’a plus de secrets pour vous, le démarchage non plus. Vous savez bien vous entourer, en interne comme en externe. Collaborateurs, partenaires, clients, prospects : votre carnet d’adresses témoigne de votre intelligence sociale.

Devenir entrepreneur, c’est avant tout vendre une idée. Les discours de vente, ça vous connaît ! Vous savez pitcher votre projet et convaincre une audience. Vous frappez aux bonnes portes pour communiquer haut et fort les valeurs de votre entreprise. Votre aisance relationnelle est un vrai atout et il s’agit de votre arme principale pour développer votre réseau.

Quelqu’un a dit réseau ? Chez Cuisines AvivA aussi, nous maîtrisons l’art de réseauter. Notre réseau de franchise à taille humaine et à l’ambition sans limite vous permet de vous lancer déjà bien entouré. Créez votre propre entreprise en profitant des conseils d’autres entrepreneurs qui, comme vous, ont osé franchir le pas. Pour devenir franchisé avec nous, envoyez-nous votre candidature !

Je suis motivé à réussir

Vous êtes un grand optimiste. Lorsque vous entreprenez un projet, vous comptez bien le réussir. Les échecs ? Ça ne vous fait pas peur. Vous les voyez comme de belles leçons à retenir et des erreurs de moins à faire ! Ambitieux, la motivation vous portera loin. Vous avez confiance en vos compétences et en votre concept. Votre objectif ? Faire grandir votre entreprise !

Pour cela, vous n’hésitez pas à vous remettre en question. Vous le savez, une bonne connaissance de soi est nécessaire pour évoluer. Passionné par votre métier, vous développez vos idées jusqu’au bout et ne faites pas demi-tour devant les obstacles. Persévérant et déterminé – certains diront entêté -, vous célébrez même les petites victoires. Votre motivation est contagieuse ; vous et votre équipe êtes prêt à faire de grandes choses.

Je veux du challenge

Ne mentons pas. L’entrepreneuriat, c’est une grande dose d’adrénaline (presque) quotidienne. Cela tombe bien, vous aimez les défis – et même les sueurs froides ! Tout ce qui est trop facile ne vous intéresse pas. Ennemi de la routine, le challenge vous pousse à avancer et à donner le meilleur de vous-même. Un peu accro, vous allez le chercher là où il vous attend en vous renouvelant sans cesse et en faisant preuve d’audace.

Entrepreneur dans l’âme, vous avez l’esprit compétitif. Vous gardez toujours un œil sur la concurrence avec un seul objectif : faire mieux qu’elle. Animé par la compétition, vous tentez, recommencez, innovez… Bref, vos idées s’agitent dès que vous êtes challengé. Qui a dit que devenir entrepreneur n’était pas une partie de plaisir ?

Devenir entrepreneur, à quel prix ?

Devenir entrepreneur, vous y songez depuis un bon moment. Pourtant, vous n’êtes toujours pas passé à l’acte. Pourquoi ? Les principaux freins à la création d’entreprise sont le manque de temps, la peur des procédures administratives et… le manque d’argent. Créer une entreprise est un réel investissement financier qu’il faut longuement murir.

Peut-on devenir entrepreneur sans capital ? Sur le principe, oui. Aujourd’hui, il n’y a plus de capital minimum obligatoire pour créer une micro-entreprise, une SARL, EURL ou SAS. Néanmoins, l’entrepreneur doit disposer d’un minimum de fonds pour pouvoir continuer à vivre, d’une part, et à financer les frais de son activité, d’autre part.

Alors, comment financer son projet d’entrepreneuriat ? En faisant tout d’abord des économies avant de se lancer. Il s’agit du comportement le plus sage et le plus prudent. On parle alors de transition douce. Nombreux sont ceux à garder leur emploi et à faire quelques tests en parallèle. D’autres décident de travailler à mi-temps pour pouvoir développer leur entreprise avec un matelas de sécurité.

Vous pouvez également partir à la recherche de belles opportunités, notamment grâce à la reprise d’entreprise ou à la franchise. Les affaires les plus fructueuses ne sont pas toujours les plus chères du marché. En comparant plusieurs enseignes, trouvez une franchise pas chère et sérieuse dans laquelle investir. Certains projets sont plus abordables que d’autres et plus faciles à défendre auprès des banques.

business-plan-aviva

Et ensuite ? Vous pouvez disposer de plusieurs aides financières pour lancer votre activité. Parmi les principales :

  • Les banques et établissements de crédit
  • Les investisseurs en fonds propres
  • Les organismes publics
  • Les plateformes de crowdfunding
  • La love money : un geste généreux de vos proches

Dans tous les cas, gardez en tête que votre business plan doit être convaincant et prouver votre sérieux. Un premier exercice pour mettre en pratique vos techniques de vente !

Déposez  dès maintenant

votre candidature

Candidature

Entrepreneuriat : quel statut ?

Lancer seul votre entreprise, c’est beaucoup de paperasse. Malheureusement, vous ne pouvez pas esquiver les formalités administratives. Alors, autant y voir plus clair dès maintenant. Il existe de nombreux statuts pour devenir entrepreneur. A vous de choisir celui qui correspond le plus à votre projet et à votre situation sociale.

Avant de choisir votre statut, n’hésitez pas à vous renseigner davantage. Chez Cuisines AvivA, notre responsable juridique accompagne ceux qui souhaitent devenir franchisé dans la création de leur entreprise. Critères de sélection, avantages, investissements : elle prend le temps de connaître leur projet et leur situation pour mieux les orienter.

statut-juridique-2

L’entreprise individuelle

Il s’agit du statut le plus simple à mettre en place. Pourquoi ? Parce qu’il n’est pas nécessaire de créer une structure juridique distincte. Ainsi, le patrimoine de l’entrepreneur et celui de son entreprise sont confondus. Ce statut s’applique uniquement à une personne physique unique.

Si l’entrepreneur ne dépasse pas un certain seuil de recettes, il peut alors opter pour le régime de l’auto-entrepreneur et le régime micro-entreprise.

EIRL : entreprise individuelle à responsabilité limitée

Juste milieu entre entreprise individuelle et EURL, l’EIRL s’adresse aux entrepreneurs individuels qui optent pour le dépôt d’une déclaration d’affectation. L’impôt sur les sociétés est alors possible et l’entrepreneur bénéficie d’une responsabilité limitée.

Le statut EIRL permet également à l’entrepreneur d’opter pour le régime auto-entrepreneur à responsabilité limitée : l’AERL.

EURL : entreprise unipersonnelle à responsabilité limitée

L’EURL est une SARL (société à responsabilité limitée) constituée d’un associé unique. Elle répond donc aux mêmes règles qu’une SARL classique. Le montant du capital social est librement fixé par l’associé. Le gérant de l’entreprise peut être l’associé unique ou bien un tiers.

SASU : société par actions simplifiée unipersonnelle

La SASU est une SAS (société par actions simplifiée) constituée d’un associé unique. Ce statut est intéressant pour les entrepreneurs solos car il présente plusieurs avantages. Il s’agit d’une structure évolutive qui facilite le partenariat.

Les clés pour devenir entrepreneur

Comment devenir entrepreneur et réussir ? Comment éviter la faillite ? Être motivé et passionné par son métier suffit-il ? Créer son entreprise et la faire vivre n’est pas facile, n’en déplaise à certains freelances. L’entrepreneuriat est une expérience professionnelle comme une autre : elle ne vient pas sans effort.

Vous l’aurez compris, un entrepreneur doit être :

  • Motivé
  • Autonome
  • Convaincant
  • Audacieux
  • Persévérant
vendeur-aviva

Mais les soft skills ne suffisent pas ! L’entrepreneur n’est pas dénué d’expertise. Il connaît son secteur d’activité par cœur et se démarque par ses compétences. Ses produits et ses services sont de qualité et ont un goût de « reviens-y ».

Devenir entrepreneur, ce n’est pas maîtrisé l’art du « bullshitting », comme on le dit si bien sur LinkedIn. Il ne suffit pas de faire des discours accrocheurs et vides de sens. Un bon entrepreneur apporte de la valeur ajoutée à chacune de ses prises de parole. Il se positionne comme un expert dans son domaine et sait faire tout ce qu’il dit.

L’entrepreneur est aussi un travailleur acharné. Seul à la tête de son navire, il n’hésite pas à multiplier les heures de travail quand il le faut. Une réalité dont il faut avoir conscience avant de se lancer. Si la durée légale du travail est de 35h hebdomadaires pour les salariés, la plupart des entrepreneurs accumulent en moyenne 42h de travail par semaine à leur lancement. Pour ne pas se surmener, l’entrepreneur doit donc se montrer organisé et savoir gérer son planning.

Déposez  dès maintenant

votre candidature

Candidature

Devenir entrepreneur : quels sont les secteurs porteurs ?

La réussite d’un projet ne dépend pas uniquement des compétences de l’entrepreneur. Le secteur d’activité doit être choisi de façon stratégique. En effet, certains domaines se révèlent plus rentables que d’autres. C’est le cas du « green business » et du bio qui, ces derniers temps, réalisent de nombreux profits. Le Made in France a également le vent en poupe, et ce dans l’industrie alimentaire comme dans celle du textile et de la cosmétique.

Pour devenir entrepreneur et réussir, vous devez donc viser juste. Une étude de marché est nécessaire avant de vous lancer. Elle permet d’estimer la rentabilité de votre projet et de cibler vos principaux concurrents. Une étape essentielle, notamment dans les secteurs les plus investis par les entrepreneurs, comme la restauration. Le véritable défi consiste à inventer un concept original qui saura séduire une cible assez large.

Parmi les secteurs les plus porteurs de 2020, et probablement des années à suivre, on retrouve bien évidemment la deep tech. Les nouvelles technologies sont plus que jamais présentes sur le devant de la scène. Toutefois, attention, pour entreprendre dans la French Tech, il faut proposer un produit ou un service réellement innovant et sans faille technique.

Enfin, les Français aiment se faire chouchouter ! Le bien-être est un secteur en plein boom. Spas et espaces de détente, mais aussi produits de beauté et accessoires cocooning : le potentiel est au rendez-vous ! Chaque année, le nombre de nouvelles entreprises créées dans ce secteur évolue de 7%.

Le marché de la cuisine : un secteur en forte croissance

cuisine-aviva

Entreprendre dans un secteur rentable, ça nous connaît. Cuisines AvivA est né en 2000, sous l’impulsion de deux frères, Georges et Bernard Abbou. Cuisinistes indépendants et passionnés, ils ont décidé d’entreprendre à deux dans un secteur porteur : l’ameublement de la cuisine. Aujourd’hui, le marché de la cuisine représente 2,73 milliards d’euros, avec une progression de +5% en 2019. 52% du marché est détenu par des spécialistes, parmi lesquels les franchisés Cuisines AvivA. Notre enseigne est désormais devenue une franchise qui cartonne, présente sur tout le territoire national. Avec nous, entreprendre en solo ou à deux est facile. Contactez-nous pour devenir franchisé !

Comment entreprendre ?

Tous les entrepreneurs ne se ressemblent pas. Tous les parcours sont différents. Il existe plusieurs façons d’entreprendre et de créer une entreprise. Certaines sont plus faciles, d’autres plus rapides, d’autres encore plus rentables. Nous vous aidons à y voir plus clair.

Création ou reprise d’entreprise

Souvent, lorsque l’on souhaite devenir entrepreneur, on pense tout d’abord à créer une entreprise. Mais pour cela, il faut avoir une idée de concept originale et des ressources financières et matérielles. La solution ? La reprise d’entreprise. Il s’agit tout simplement de racheter une entreprise.

La reprise d’entreprise peut se révéler particulièrement intéressante, à condition de trouver la belle affaire. Le processus est alors plus rapide et l’entrepreneur est immédiatement opérationnel puisqu’il dispose déjà du matériel, du personnel, des clients et des partenaires commerciaux. Obtenir un financement bancaire est également plus facile, puisque la reprise est plus sécurisante.

Mais alors, pourquoi tout le monde ne reprend-t-il pas une entreprise existante ? Tout d’abord, parce que les belles opportunités sont difficiles à dénicher. Mais aussi parce que la reprise d’entreprise coûte plus cher que la création d’entreprise. La démarche est donc plus complexe.

Déposez  dès maintenant

votre candidature

Candidature

Le portage salarial

Entreprendre sans créer d’entreprise, c’est possible ? Oui, grâce au portage salarial. Cette forme d’emploi permet à l’entrepreneur d’effectuer une prestation pour un client. Ce dernier verse les honoraires facturés à une société de portage, qui les rétrocède ensuite à l’entrepreneur sous forme de salaire.

Le portage salarial est de plus en plus courant. Il se caractérise par une opération tripartite avec :

  • Un contrat de prestation de service entre la société de portage et la société client
  • Un contrat de travail entre le consultant et la société de portage
  • Une convention d’adhésion signée par toutes ces personnes

Le portage salarial peut s’effectuer de façon ponctuelle, avec une prestation occasionnelle, ou bien de façon plus longue, dans le cadre de missions récurrentes.

La franchise pour entreprendre : devenir franchisé

La franchise est moins connue que la création ou la reprise d’entreprise, notamment auprès des jeunes. Pourtant, ce mode de commerce organisé présente énormément d’avantages pour l’entrepreneur. Il lui permet de lancer son activité facilement et de toucher des bénéfices rapidement.

Le principe ? En moyennant une contribution financière, le franchisé acquiert le droit d’utiliser la marque et le savoir-faire du franchiseur. Autrement dit, l’entrepreneur peut commercialiser les produits ou les services d’une enseigne déjà renommée, à condition de respecter les directives prévues dans le contrat.

Pourquoi devenir franchisé est-il un bon moyen d’entreprendre ? Tout d’abord parce que la franchise est sécurisante. Le taux de défaillance est beaucoup moins élevé par rapport à la création d’entreprise. Le franchisé profite de la notoriété d’une marque qui a déjà fait ses preuves. Il bénéficie donc de sa clientèle, mais aussi de sa communication nationale et de ses méthodes de vente bien rodées.

Devenir franchisé : une forme aboutie d’entrepreneuriat

Nous l’avons vu, devenir franchisé est aussi un moyen d’entreprendre. Il s’agit d’une forme aboutie d’entrepreneuriat qui séduit chaque année de plus en plus de Français. La France compte plus de 78 000 franchisés et plus de 2 000 réseaux de franchise. En 2019, ces chiffres étaient en nette progression. + 9,3% sur le chiffre d’affaires engrangé par ce mode de commerce organisé, + 4% sur le nombre de points de vente et + 2,2% sur le nombre d’enseigne, et enfin + 8,7% d’emplois directs et indirects créés !

Aujourd’hui, parmi les Français qui souhaitent ouvrir leur propre entreprise, 38% envisagent de devenir franchisé. Et ceux qui ont déjà franchi le pas ? 82% d’entre eux souhaitent poursuivre leur activité au sein du réseau, au-delà du terme de leur contrat de franchise. 78% sont optimistes pour l’avenir de leur entreprise !

Alors pourquoi devenir franchisé ? Pour bénéficier d’un accompagnement et de moyens concrets pour développer son affaire. Et pour bénéficier de la notoriété d’une marque connue. Mais ce n’est pas tout ! La franchise commerciale permet également à l’entrepreneur de se former avant d’exercer son activité. En effet, le franchiseur s’engage à lui transmettre son savoir-faire grâce à une formation initiale puis continue. Inscrit dans un réseau de franchise, l’entrepreneur est accompagné par des professionnels qualifiés. Chef d’entreprise et responsable de son point de vente, il peut néanmoins compter sur le soutien de son franchiseur, des animateurs du réseau et des autres franchisés.

Quels sont les inconvénients de la franchise ? Sans nul doute l’investissement de départ. L’apport personnel est important à la signature du contrat de franchise. Néanmoins, l’entrepreneur finance ainsi non seulement la création de son entreprise, mais aussi tous les services qui sont dédiés à sa réussite. En devenant franchisé, il ouvre ainsi une TPE avec les moyens et les leviers d’action d’une grande entreprise.

 

Peut-on entreprendre sans diplôme ?

Revenons sur une réalité que connaissent beaucoup d’entrepreneurs. Les personnes qui ont l’esprit d’entreprendre s’épanouissent rarement dans le milieu scolaire. Pourquoi ? Parce que le système scolaire actuel n’est pas pensé pour ceux qui veulent « créer tout seul ». Il encourage avant tout au salariat. Si les discours changent peu à peu, nombreux sont ceux qui arrêtent les études après le baccalauréat. Et parmi eux, les grands Steve Jobs, Bill Gates ou encore Mark Zuckerberg. Revoilà notre fameux mythe du garage !

Peut-on entreprendre sans diplôme ? La réponse est donc oui. Aujourd’hui, il est possible de devenir auto-entrepreneur sans avoir fait d’études longues. Néanmoins, tout dépend du secteur d’activité ! Les activités liées au BTP, au corps humain, à la santé ou encore à l’immobilier ne sont pas accessibles aux non-diplômés. Il en va de même pour certaines activités artisanales au savoir-faire unique et précis. Avant de vous lancer dans l’aventure entrepreneuriale, n’hésitez pas à vous renseigner auprès du CFE (Centre de Formalités des Entreprises).

Devenir entrepreneur sans diplôme, une bonne idée ? En 2017, selon l’INSEE, 24,2% des entrepreneurs ont ouvert leur business sans aucun diplôme en poche. Oui, mais attention ! Ne pas être diplômé ne signifie pas ne pas avoir de connaissances. Aujourd’hui, l’entrepreneur peut et doit s’autoformer pour devenir expert dans son métier.

Les franchiseurs l’ont bien compris. C’est pourquoi ils proposent de former les futurs franchisés avant l’ouverture de leur commerce. Devenir franchisé, c’est avoir accès au savoir-faire de l’enseigne et à une formation complète et rapide : expertise métier, vente et management. La franchise permet ainsi à ceux qui n’ont pas de diplôme mais de grands rêves d’ouvrir leur entreprise.

Entrepreneuriat : comment réussir sa reconversion professionnelle ?

Alors que 82% des actifs ne s’épanouissent pas au travail et souhaitent se reconvertir en cas de licenciement, la crise sanitaire semble avoir réveillé des envies de mieux et « d’autre chose » aux Français. Depuis l’arrivée de la Covid-19, des confinements et autres couvre-feux, 1 actif sur 5 envisage de changer de métier prochainement. Tout plaquer pour donner plus de sens à sa carrière ? Et si le contexte actuel était l’occasion rêvée ? Aujourd’hui, 28% des Français sont séduits par l’entrepreneuriat. Mais comment réussir ce virage à 180° ?

Voici 6 étapes pour réussir votre reconversion professionnelle :

  • Connaître ses limites : l’entrepreneuriat est-il vraiment fait pour vous ?
  • Trouver un secteur qui passionne : quelle est votre vocation ?
  • Faire un bilan de compétences : sur quels points devez-vous encore progresser ?
  • Se former : quelles formations suivre ?
  • Se créer un réseau : quels conseils les entrepreneurs aguerris peuvent-ils vous donner ?
  • Accepter les coups durs : êtes-vous prêt à accepter les échecs pour mieux rebondir ?

Devenir entrepreneur après avoir été salarié est un grand changement. Pour l’appréhender au mieux, vous devez prendre le temps de murir votre projet et de vous poser les bonnes questions. Les réponses vous permettront de vous engager plus sereinement sur la voie de la reconversion professionnelle, et sur le chemin (chaotique) de l’entrepreneuriat.

Devenir franchisé pour se reconvertir

Si 1 actif sur 5 envisage la reconversion professionnelle, pourquoi si peu entreprennent réellement la démarche ? Par confort, parfois. Par crainte d’échouer, souvent. Par peur de se lancer dans des démarches longues, sans résultat immédiat. La reconversion professionnelle, lorsque l’on n’est pas accompagné, peut prendre beaucoup de temps. Un problème auquel répond la reconversion en franchise.

Devenir franchisé, c’est faire le choix d’une reconversion professionnelle simple et rapide. En rejoignant un réseau de franchise, le franchisé dispose de tout ce dont il a besoin pour commencer sa nouvelle activité : ressources matérielles et humaines mais aussi savoir-faire. Le franchiseur s’engage à former le franchisé en quelques mois afin que celui-ci soit opérationnel le plus vite possible.

Changer de vie en moins d’un an, vous en rêvez ? Faites l’expérience de l’entrepreneuriat en franchise. En devenant franchisé, vous disposez d’un matelas de sécurité. A la tête de votre commerce en quelques mois seulement, vous obtenez des ROIs rapides et réalisez des entrées d’argent dès votre première année d’activité.

Alors, prêt à devenir entrepreneur ? Maintenant que vous en savez plus sur l’entrepreneuriat, êtes-vous prêt à franchir le cap ? Auto-entrepreneuriat, reprise d’entreprise, portage salarial ou franchise : entreprendre vous permet de booster votre carrière. Donnez enfin du sens à votre vie professionnelle ! Ouvrez votre propre entreprise dans un secteur d’activité qui vous passionne et montrez au monde votre ambition.

Devenir entrepreneur : on fait le point ?

  Quésaco ? Pour qui ? Combien ? Quel statut ? Comment ? Quels secteurs porteurs ? Avec ou sans diplôme ? Quelles clés pour réussir ?
Devenir entrepreneur Agir en toute indépendance, sans subordination juridique Les autonomes et les aventuriers. Tous ceux qui ont de l’ambition et veulent du challenge. Sans capital minimum obligatoire mais avec assez de ressources pour se lancer Entreprise individuelle, EIRL, EURL ou encore SASU Création d’entreprise, reprise d’entreprise, portage salarial ou franchise Green business, bio, restauration, deep tech, bien-être, équipement de la cuisine Sans diplôme mais avec des connaissances ! Motivation, expertise, détermination, audace, dévouement, créativité, aisance relationnelle

Entrez dans l’expérience Cuisines AvivA !

    • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.